logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/04/2018

MAXIMALISTES - 25 04 2018

Ce matin, la rue de la Liberté était baignée de soleil. L’air était rempli des parfums des lilas qui dépassent maintenant des murs, comme on s’émancipe à l’adolescence. Les glycines laissaient tomber des grappes lascives et parfumées. Mais…

Tout ce joli monde resplendissant et maquillé semblait figé et froid. Que se passait-il ?

Je me suis approché d’un lilas presque mauve et j’ai respiré une fleur. Elle a consenti mais il ne s’est rien passé. Plus bas, la glycine resta de marbre ; ces fameuses « beautés glaciales »…

Mais que se passait-il donc ?

Au bout d’un moment j’ai compris : en de tels instants, la nature avait coutume d’accompagner ses couleurs, ses splendeurs, de vrombissements joyeux à l’unisson de ses vibrations colorées et chaudes. Mais rien. Les abeilles étaient absentes de l’ouverture de la symphonie pastorale, laissant la Nature incrédule et comme suspendue.

J’ai pensé à Monsanto et Bayer, prédateurs silencieux.

Et je me suis souvenu des vieilles malédictions proférées jadis par les survivants des massacres économiques et guerriers commis par les mêmes au profit des mêmes :

« Il faut haïr sans faiblesse la Bourgeoisie ».

Sans faiblesse : point de réprobation camomille ni de mépris désabusé…Non, de la vraie et bonne haine, à la hauteur (à la bassesse ?) de l’ennemi : du solide, du costaud, de l’irréductible.

Tant qu’il nous restera encore un peu du courage des abeilles et avant que leur idéologie nous ait, nous aussi, totalement intoxiqués.

 

Mironic

Philosophe de quartier

 

 

 

 

23:36 Publié dans Blog, médias | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique